Premier Regard.
Inde, Octobre 2017.
Télécharger le récit


J’avais beaucoup entendu parler d’histoires d’arnaques et de coups montés avant de monter dans l’avion pour l'Inde. Des chauffeurs qui trouvaient par exemple plusieurs prétextes pour ne pas vous amener à votre hôtel, le prix trop élevé des taxis, de fausses agences de voyage, etc. Malheureusement, je n’avais que très peu creusé la question, faute de temps, et pensant me débrouiller une fois sur place. J’avais tort.


Dès mon arrivée à New Delhi, le taxi (réservé à l’avance) qui devait me conduire de l’aéroport à mon hôtel était aux abonnés absents. Un peu paniqué, j’ai décidé de suivre un moustachu bedonnant m’indiquant une longue rangée de taxis plus rudimentaires les uns des autres. J’étais tout de suite fasciné par cette peau très brune des Indiens, qui semblait brulée par un soleil menaçant, bien caché par un long voile gris formé par la pollution. Beaucoup crachaient une substance de couleur rouge, sûrement du tabac à chiquer. Le taxi m’afficha un prix que j’avais trouvé tout à fait étonnant mais je n’avais pas vraiment le choix.


Me voici embarqué dans une aventure sonore, visuelle et olfactive déroutante, accompagné par le bruit constant des klaxons et de la fumée noire qui se dégageait de la plupart des pots d’échappement. Les bouchons entre l’aéroport et le centre de la ville furent interminables et je fus directement heurté par la pauvreté du pays, traduite notamment par les mendiants qui frappaient avec insistance à ma vitre lors du moindre feu rouge pour me demander de l’argent…


Lire la suite...

info
info
info
Using Format