Parisian Vacancies

(ENGLISH VERSION)


De grandes villes européennes sont envahies par des millions de touristes chaque année. Même si la plupart des locaux s’enfuient durant les périodes d’affluence, certains irréductibles se retrouvent face une horde prête à "consommer" le plus de clichés et d’attractions touristiques possibles en quelques jours. L’espace urbain se transforme complètement : les mouvements de la rue sont différents, les sons aussi. J'ai voulu documenter ce phénomène en commençant par ma propre ville, Paris.


Je traverse ces rues avec ceux qui y séjournent dans ce temps de vacance(s) parisienne(s). Je photographie non pas au niveau de l’œil, mais du corps à corps, à la volée. Je me situe au plus près des sujets que je photographie afin que le spectateur perçoive, lui aussi, un sentiment d’oppression et d'anxiété. Je saisis des scènes sur le vif et je suis attentif aux moindres détails, à l’aléatoire surgissant à chaque coin de rue, à la fluidité ou au contraire, à la densité.


Je privilégie certains lieux que je répertorie et dans lesquels je déambule du matin au soir. Je croise les gens sur les trottoirs, aux feux de circulation, dans les files d’attente. Je me glisse dans un monde où je me sens parfois étrange, mais l’autre que je photographie me jette aussi un regard que je retiens. Il me voit, m’interroge, cherche une complicité ou est ailleurs, indifférent à ce qui l’entoure, avec ses souvenirs, ses contraintes, ses émotions, ses projets…

Using Format