Parisian Vacancies

(2017 - en cours)


Parisien, je me suis glissé dans la peau d’un touriste, mais ce touriste, en somme, c’était moi. Être à Paris en août, dans une ville presque vidée de ses Parisiens, c’est également percevoir la ville autrement. Les mouvements de rue sont différents, les sons de la rue aussi.


Je traverse ma ville avec ceux qui y séjournent dans ce temps de vacance(s) parisienne(s). Je photographie non pas au niveau de l’œil, mais du corps à corps, à la volée. Je cherche à donner l’impression d’être dans la foule. Je saisis des scènes sur le vif de la situation, sans même viser. Les images ne sont pas toujours composées et peuvent parfois être floues. Un sentiment d’oppression peut se faire sentir. Je désire être dans l’image, saisir l’impression du moment, du déplacement rapide autour de moi, de la fluidité des touristes, de l’aléatoire surgissant à chaque coin de rue.


Je privilégie certains lieux de plus grande densité, ceux que les autres choisissent, mes compères : la Tour Eiffel, les Galeries Lafayette… Je déambule sur les trottoirs bondés ; je croise les gens aux feux de circulation, dans les files d’attente. Je me glisse dans un monde où je me sens parfois étrange, mais l’autre que je photographie me jette aussi un regard que je retiens. Il me voit, m’interroge, cherche une complicité ou est ailleurs, indifférent à ce qui l’entoure, avec ses souvenirs, ses contraintes, ses émotions, ses projets.


Je suis un Parisien du mois d’août, avec ceux que je côtoie.


Press


Les Inrocks

Le Bonbon

L’œil de la photographie

Using Format